Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Télé-Accueil recherche des bénévoles
Actions sur le document

Télé-Accueil recherche des bénévoles

publicité Télé-Accueil - bénévolat (nouveau logo).pngSon histoire …. 

Télé-Accueil est présent en Belgique depuis 1959, date de la création du poste de Bruxelles. Progressivement d’autres centres se sont créés, tels que ceux de Mons (en 1963), Liège, Charleroi, Arlon ou encore celui de Namur-Brabant Wallon. En 1963, TA Mons Hainaut se dénommait alors Télé Accueil Hainaut et c’était un prêtre qui prenait en charge les appels téléphoniques depuis son domicile. A l’heure actuelle, six centres de Télé-Accueil répondent au numéro d’appel pour la Belgique francophone (dont Bruxelles), à savoir le numéro gratuit : 107. 

Chaque centre est une ASBL subsidiée par les pouvoirs publics et reconnu comme centre de crise et de prévention du suicide. 

Qu’est-ce que Télé-Accueil ?

Télé-Accueil est un service d'aide par téléphone accessible 24h sur 24 et gratuit, qui offre un espace de parole et d'écoute à toute personne qui vit une situation de crise ou une difficulté sur le plan moral, social ou psychologique.

Le service est pluraliste, fonctionne dans l’anonymat mutuel, respecte la confidentialité et les opinions personnelles de l’appelant. Il propose essentiellement une écoute attentive qui peut aider la personne à passer un moment difficile, à prendre du recul, à remobiliser ses ressources. Le cas échéant, il peut aider la personne à se réorienter vers un service d’aide plus spécifique, mais il n’intervient jamais en lieu et place de l’appelant.

Télé-Accueil Mons Hainaut s’occupe des appels provenant du Hainaut occidental, c’est-à-dire de la région de Mons et de celle de Tournai.

L’écoute et les valeurs de Télé-Accueil 

L’écoute est le noyau de TA. Selon TA, écouter c’est manifester une disponibilité, une présence. C’est permettre à la personne de  parler, l'inviter à s'exprimer et l'y aider. C'est s'intéresser à elle plus qu'à son problème, à sa façon unique de vivre les choses. Reconnaître son vécu, ses sentiments, sa souffrance. C'est également l’accepter telle qu'elle est, sans la juger, sans vouloir la changer.

Ecouter, c’est respecter l'autonomie de la personne, la considérer comme ayant des ressources, comme capable d'initiative. A l’autre bout du fil, relié à l’appelant, se trouve l’écoutant, dans son authenticité, qui accueille sa parole dans l’ici et le maintenant. Par cette relation momentanée mais de qualité qui manque parfois à l’appelant, ce dernier peut se dire et se trouver davantage. 

L’expérience de Télé-Accueil montre que mettre des mots sur ce qu’on vit est parfois vital. Parler libère. Ne pas rester seul avec sa souffrance mais la partager, c‘est déjà faire un pas

pour s’en sortir. Cette parole adressée à quelqu’un peut aider à prendre du recul par rapport à un vécu difficile, à voir plus clair dans sa situation, à trouver de nouvelles manières d'être. 

Bref, écouter c’est accueillir la singularité de chaque être humain et reconnaître la multiplicité de ses facettes. La crise de société que nous connaissons est à l’origine d’une grande insécurité et génère des comportements de replis ainsi qu’une perception figée de l’autre. Télé-Accueil s’inscrit à contre-courant en offrant aux personnes qui souffrent moralement une écoute dont les valeurs sous-jacentes sont basées sur l’ouverture, la tolérance et la solidarité. 

Quelques chiffres… 

En 2016, les écoutants de TA Mons Hainaut ont décroché 22 208 appels. Parmi ceux-ci, un peu moins de la moitié (10428 soit 47 %) étaient des appels à contenus où l’appelant livre sa problématique. Les appels concernent en majorité les difficultés relationnelles (problèmes de couple, relation parent/enfant, relation amicale ou relation au travail), la santé mentale de l’appelant ou sa solitude. Les contenus des appels sont variés et peuvent concerner également (dans l’ordre) : la santé physique, les problèmes sociaux et matériels, les assuétudes, la violence sexuelle/physique/morale, le deuil ou encore l’enfance à risque. 

Parmi les appelants, 22% sont des « réguliers », 10% sont des occasionnels et enfin 15% font appel à TA pour la première fois. 

Il faut savoir également que TA Mons Hainaut est en collaboration avec la ligue Alzheimer et Ecoute violences conjugales. En ce sens, les appelants de ces deux institutions sont renvoyés vers les bénévoles de TA lorsque ces deux dernières ne sont pas disponibles (heures de fermeture).